Val Thorens United
Hiver
  • meteo
    meteo
    +6° temp 2300m
    +2° temp 3200m
    J+1 meteo J+1 J+2 meteo J+2
    +
  • neige
    meteo
    70 cm HAUT. 2300m
    0 cm HAUT. 3200m
    0 cm Haut. NEIGE FRAICHE
    +
  • pistes
    VAL THORENS
    0/80 pistes ouvertes
    4/31 remontées mécaniques
    LES 3 VALLEES
    0/339 pistes ouvertes
    4/160 remontées mécaniques
    +
  • livecam

40 ans d'histoire

40 ans d'histoire

L’HISTOIRE D’UN DEFI

Val Thorens est né il y a 40 ans de la rencontre entre une nature d'exception et des pionniers visionnaires (dont certains s’impliquent toujours dans la vie de la station) ; l'histoire d'une aventure humaine épique et harmonieuse, qui s'est construite au quotidien depuis quatre décennies...

1969 - 1971 : Naissance d’un projet

Pari hors-normes d’un ingénieur visionnaire, la station de Val Thorens est née de l’imagination de Pierre Schnebelen à une époque où pourtant, l’essor des stations de sports d’hiver faisait polémique. Cet aménageur promoteur immobilier, déjà à l’origine de plusieurs stations de skis intégrées, n’a eu de cesse d’utiliser ses compétences pour trouver des fonds et obtenir les autorisations pour démarrer un projet jugé pharaonique à l’époque : la construction de la station la plus haute d’Europe.

Sous l’autorité politique de Joseph Fontanet, Maire de la Vallée des Belleville, Président du Conseil Général de Savoie et Ministre, et avec l’aide de son directeur de la SODEVAB (société de développement des équipements de la vallée des Belleville), Bernard Reverdy, et du Conseiller Général, Ferdinand Martin et avec l’intervention de Pierre Josserand, un de ses jeunes camarades des Arts et Métiers, Pierre Schnebelen engage les études et les travaux. N’oublions pas ceux qui ont joué un rôle déterminant comme Pierre Le Blanc de Cernex, Michel Herenger, Francois Buisson, Jacques François, Georges Cumin et bien d’autres encore.

L’aventure sur place débute donc autour d’une petite équipe, isolée mais déterminée, qui mettra tout en œuvre pour exploiter l’énorme potentiel de ce site d’exception.

1971 - 1981 : Un pari sur l’avenir

Au printemps 1971, la signature du protocole d’accord entre le président de la SODEVAB, Joseph Fontanet, et le président de la banque la Henin, Jean Lamey, représente un véritable acte fondateur de Val Thorens.

Un premier programme de 3 téléskis est réalisé au cours de l’été avec une ouverture au public le 18 décembre 1971. Marie Aline Josserand est alors chargé avec Jean Hauteur de vendre sur place les programmes immobiliers de la station. Jean Béranger, après sa démission de l’équipe de France de ski, crée l’Office de Tourisme, l’ESF (École du Ski Français) et le Club des Sports en 1972. En décembre 1972, Claude Loubet ouvre le premier restaurant « Le Gloulou ».

1981 - 2010 : L’ère de l’innovation

Innovations techniques ou commerciales, partis-pris audacieux et défis humains, l’histoire de la station est jalonnée de temps forts qui ont contribuésà en faire une station d’exception.

1980 : Construction du Centre Sportif par la SODEVAB et poursuite de l’aménagement

1981/ 1982 : La SETAM, pourtant endettée à cette époque, se lance dans le projet de construction du plus gros téléphérique du monde pour accéder à 3200 m d’altitude : le téléphérique de la Cime Caron. Cet aménagement, est le début d’une nouvelle ère pour Val Thorens et va positionner la station dans le peloton de tête des grandes stations de sports d’hiver.

1985 : Soucieux de commercialiser rapidement l’offre Val Thorens, la SETAM définit et finance un plan hôtelier ambitieux et crée l’agence de voyages Val Thorens Tour. Celle-ci a pour mission d’organiser des séjours de groupe et de vendre la station auprès des tours opérators.

1987 : Val Thorens est l’une des premières stations à se doter d’une centrale de réservation à l’initiative de la société des remontées mécaniques

1990 : En collaboration avec Denis Creissels, les ingénieurs de la SETAM inventent le concept de Funitel (appareil bi-câble porteur-tracteur doté d’une excellente tenue au vent) et installent au pied du glacier de Péclet le premier appareil du genre. Ce brevet sera ensuite cédé par la SETAM aux constructeurs de remontées mécaniques qui exportent le concept dans le monde entier.

1995 : Création du télésiège à double embarquement qui, du même coup, permet d’augmenter le débit des télésièges et d’améliorer le confort des clients en leur laissant plus de temps pour s’installer. En parallèle, construction de la liaison Maurienne/3Vallées, par Orelle, avec la construction de la télécabine la plus longue du monde en une section, ce qui, entre autre, facilite l’accès aux régionaux et permet le développement immobilier d’Orelle.

2004 : Au restaurant l’Oxalys, Jean Sulpice obtient sa première étoile au guide Michelin et devient le plus jeune chef étoilé de France. Il contribue à positionner Val Thorens comme un haut lieu de la gastronomie en altitude et entraine dans son sillage de nombreux établissements qui développent une offre de plus en plus qualitative. En 2009 Jean Sulpice est récompensé par une seconde étoile.

2007 : La SETAM installe 2 télécabines débrayables en mode automatique « ESO » (Exploitation sans Opérateur) : grâce à un système vidéo et de sécurisation un seul conducteur pilote les 2 télécabines ainsi que le téléphérique de Caron.
Chargement...

Réservez #séjour

SHARE UNITED

Rejoignez-nous sur Facebook :