Bien que la montagne soit un merveilleux cadre de vie et un enchantement permanent pour ceux qui ont la chance d’apprécier ce qu’elle offre, elle est aussi d’une hostilité orgueilleuse. Elle ne se laisse pas si facilement dompter et il faut faire preuve d’une grande volonté pour avoir le bonheur d’être son locataire, et oui car la vie en montagne requiert des spécificités que toutes les espèces ne sont pas capables de cocher et les abeilles en sont un bon exemple.

L’abeille noire de Savoie est une sous-espèce qui après des millénaires de sélection naturelle s’est armée pour faire face à la rigueur du milieu montagnard. Les fluctuations de température, la rudesse des hivers, le temps de floraison plus court ou l’ensoleillement moindre qui sont en temps normal des freins pour ses congénères ne lui font pas peur et l’abeille noire, elle, s’en accommode avec panache.

En retour la montagne, dans sa grande bonté, lui rend bien en lui offrant des fleurs qu’elle seule est capable de fournir donnant ainsi un miel savoureux, puissant et unique. Mais pour cela l’abeille montagnarde doit travailler sans relâche du premier jour de sa vie jusqu’au dernier en prenant part à un merveilleux travail collectif.

En effet, pendant les 45 jours de sa vie estivale elle n’aura pas le temps de s’ennuyer car elle va, besogne après besogne, participer à l’activité de la ruche et à la fabrication du miel. Elle va par exemple être nettoyeuse en veillant à la propreté de la ruche, être affectée à l’élevage des larves qu’elle va nourrir d’un mélange de miel et de pollen, à la ventilation où leurs rôles est de maintenir une température constante de 34 à 35°C dans la ruche mais aussi à la protection de cette dernière en tant que gardienne puis elle finira sa vie dans ce travail qui fait leur réputation : butineuse. Chaque abeille a donc un rôle très précis à jouer et leur assiduité légendaire leur permet de mener à bien leur projet final : la production de miel.

Dans la Vallée des Belleville un groupe de professionnels passionnés a tout mis en oeuvre pour protéger cette espèce emblématique en créant notamment le conservatoire des Encombres qui offre à l’abeille noire un lieu privilégié pour s’épanouir et se développer à l’abri de toute hybridation. Ils ont également, depuis peu, ouvert un musée de l’abeille noire qui se trouve au plan d’eau des Bruyères et permet à tout un chacun de découvrir de manière ludique l’existence de l’apis mellifera.

C’est dans ce cadre que les apiculteurs locaux peuvent également vous accompagner directement au coeur de leurs ruches pour vous faire découvrir leur métier et mieux comprendre la complexité du travail de ces infatigables baroudeuses des montagnes. C’est le cas notamment de membres du Club Val Thorens qui grâce à l’expérience “Vis ma vie d’apicultrice” ont revêtit les habits de professionnels pour s’approcher au plus près des colonies dans l’espoir d’apercevoir une reine.

Quoi de mieux qu’un moment privilégié avec Kelly, une apicultrice passionnée qui travaille au jour le jour avec les abeilles noires pour se rendre compte du lien privilégié qu’elle entretient avec ses abeilles, de la complexité d’un métier demandant rigueur et investissement personnel mais surtout de la tâche pharaonique qu’est la production de miel dans la vie d’une abeille.

Une chose est sûre, après une telle rencontre, une cuillère de miel prend une toute autre saveur. 

 

Vous aussi vous souhaitez avoir la chance de vivre cette expérience ? Rejoignez le Club Val Thorens !

*
*
*
*
*
Les articles les plus populaires ils sont très appréciés
Coulisses
Un tour en dameuse, une expérience Inoubliable
Confortablement assis dans un minibus, vitres teintées, Madeline sert fort la main de Jean. Ils savent qu’ils vont vivre quelque chose d’unique mais quoi…
Coulisses
Epissure d'un câble de remontée mécanique
De nombreuses étapes jalonnent la création d’une nouvelle remontée mécanique. De la pose des pylônes à la construction des gares, il faut faire preuve d’ingéniosité et de savoir-faire. Dans cet article, je vous propose de découvrir une étape clé : l’épissure.
Coulisses
Le damage des pistes
Il est 2h00 du matin quand le réveil sonne. Une heure inhabituelle pour moi mais un réveil qui se fait assez facilement, il faut dire que l’expérience qui nous attends avec Ingrid n’est pas commune… Nous allons damer les pistes de ski!
ça vous intéressera aussi les thèmes qui vous plaisent
Coulisses
J'ai testé pour vous : "Vis ma vie de conducteur de remontée mécanique"
Aujourd’hui nous avons rendez-vous au sommet de la télécabine de Moraine avec Grégory, qui est l’un de ses conducteurs et va nous faire partager son métier et sa passion.
Coulisses
J'ai testé pour vous la nouvelle expérience "vis ma vie de pisteur"
Plongez-vous, le temps d'une fin d'après-midi, dans le quotidien de nos pisteurs secouristes.
Coulisses
La mer vs la montagne
Après un très agréable et iodé weekend sur les rives de Lacanau Océan, l’idée m’est venue de comparer nos deux cultures. Océan VS Montagne, finalement on n’est pas si différents, la preuve en images !
Coulisses
Mon Jazz à Vienne avec les invités du Club Val Thorens
Il y a 3 ans, une rencontre : celle de Jazz à Vienne et de Val Thorens. On ne saurait pas trop expliquer pourquoi, mais nos valeurs communes et notre envie constante de monter des projets fous nous ont réunis.
Coulisses
Merci pour cette saison !
Il neige…mais la fin de saison est belle et bien là. Au moment d’éteindre le dernier télésiège, de rentrer précautionneusement les dameuses au garage, la grande famille de Val Thorens n’a qu’une envie… vous serrer dans ses bras et vous dire : Merci !
Coulisses
Comment créer un waterslide ?
Aujourd’hui avec Yann Oget, responsable des services techniques de Val Thorens on vous dévoile la recette d’un bon waterslide et les astuces pour réussir la traversée.